Sylvothérapie : la « digital detox » au service de nos adolescents

Thérapie par les arbres, la sylvothérapie fut longtemps pratiquée dans les forêts françaises avant de disparaître au fil du temps. Bien qu’elle soit de nos jours très développée au Japon et aux États-Unis, cette thérapie encore peu connue en France retrouve ses lettres de noblesse. Mais comment les arbres peuvent-ils aider nos adolescents à améliorer la gestion des émotions et la concentration, à lutter contre le stress et la déprime, en renforçant leur système immunitaire ?


D’où viennent les origines de cette pratique ?

Depuis la nuit des temps et sur tout le globe, l’homme a sacralisé le végétal, donnant forme au culte des arbres. L’homme a alors pensé que les forêts permettaient de se mettre en contact avec des forces mystérieuses. La forêt est ainsi devenue un véritable temple sacré, un sanctuaire à la forme la plus archaïque. Les arbres sont considérés comme des êtres vivants ayant une âme, une grande intelligence et une sensibilité. L’homme prête aux arbres des vertus guérisseuses. Mais petit à petit l’homme a quitté la campagne pour vivre en ville et s’est éloigné de la nature dont il fait pourtant partie intégrante.



Quel est le risque pour nos enfants de se déconnecter de la nature ?

Aux États-Unis, les enfants passent en moyenne 30 heures par semaine devant un écran… Il est alors essentiel de faire des pauses non-électroniques. Malheureusement, durant ces pauses, beaucoup vont faire des activités telles que du sport en salle, activités artistiques, musique… n’ayant aucun contact direct avec la nature. Pourtant, l’homme est fait pour garder le contact avec la nature au risque de subir les symptômes du « syndrome du déficit de nature » : sens sous-développés, déficit de l’attention, plus grand taux de maladies physiques et émotionnelles. De récentes études ont prouvé que les enfants passant du temps libre dans la nature, notamment la forêt, étaient plus concentrés, plus créatifs, avaient un meilleur système immunitaire et une meilleure gestion de leurs émotions. L’expérience du monde de ces ados « phubber » (communication digitale uniquement) est bien appauvrie car basée sur la vue et l’ouïe uniquement. A moins que les parents n’y soient vigilants, un temps dans la nature sans contrainte et en toute liberté devient une ressource rare. C’est pourtant un investissement essentiel pour la santé de nos enfants.

Sylvothérapie : pratique guérisseuse ?

Dans les années 1930, la sylvothérapie fait partie des cures de balnéothérapie. Les malades tuberculeux passaient alors un séjour dans des lieux boisés portant le nom de sanatorium. Le principal aspect scientifique alors utilisé était la haute concentration d’ions négatifs au milieu des arbres. On y portait les malades atteints d’asthme bronchique, bronchite chronique, hypertension, mais aussi les personnes avec des problèmes mentaux, nervosité ou insomnie. La sylvothérapie active consistait à pratiquer des exercices physiques en forêt. Le règne végétal observe une organisation déjà présente dans l’atome. Que ce soit les fruits, les fleurs, les feuilles, les branches, l’écorce… tout suit un comportement bien précis. Les branches et les feuilles ne poussent pas de façon chaotique mais dans un mode organisé. Chaque feuille se place afin d’ombrager le moins possible les autres feuilles. Quand nous sommes devant une plante, un arbre, nous regardons une énergie condensée dans la matière.


SOURCE: www.femmexpat.com

  • Facebook Social Icon
La Clairière de l'Awen, Vaulruz, Suisse